Mai 2024 – Sur les routes de Scandinavie

Le dicton dit : “En avril, ne te découvre pas d’un fil. En mai, fais ce qu’il te plaît !” Cela s’est révélé être vrai ! Après un mois d’avril difficile niveau météo, j’ai eu la chance d’avoir un mois de mai magnifique. Le soleil a été au rendez-vous et, avec lui, de belles rencontres et des paysages magnifiques.

Traversée de l’Allemagne

Après les Pays-Bas, me voilà en Allemagne. Je rejoins d’abord la ville de Tecklenburg où une communauté de l’Arche est présente.

C’est l’occasion d’y passer quelques jours et de pouvoir me reposer dans un cadre familier. Un très bel accueil m’est réservé. Ce sont les personnes accueillies porteuses d’un handicap qui me font découvrir la très jolie ville médiévale de Tecklenburg.

Ensuite je continue mon voyage en rejoignant l’Eurovelo 3 pour remonter vers le nord de l’Allemagne.

Certes j’ai du beau temps mais sur la route vers Hambourg, j’ai droit à une journée complète de vent de face…

En arrivant à Hambourg, je passe devant l’usine Airbus. J’arrive juste pour assister au décollage du Beluga. C’est un avion cargo qui permet de faire le lien entre les différentes usines de l’entreprise.

J’ai souvent vu cet avion passer au-dessus de là où j’ai grandi, à proximité de l’usine de Saint Nazaire. Je ne peux m’empêcher de penser qu’il s’y dirige peut-être. Deux heures d’avion en lieu et place d’un peu plus d’un mois et demi de vélo !

J’ai la chance de pouvoir m’arrêter plusieurs jours à Hambourg. Merci Marie-Agnès et Jean-Marie pour l’accueil et la visite guidée de la ville. Quel programme ! Mémorial Saint Nicolas, Rathaus, philharmonie, elbtunnel, quartier Treppenviertel Blankenese…

C’est une ville avec une histoire riche et chargée. En mémoire des juifs déportés pendant la seconde guerre mondiale, des pavés gravés ont été posés devant leurs maisons. 

Hambourg est également l’un des principaux ports de marchandises européens. Le réseau de transport en commun par bâteau bus sur l’Elbe, permet d’être aux premières loges pour en admirer les importantes infrastructures.

Le Danemark, bienvenue en scandinavie

On m’avait prévenu mais cela se confirme : le Danemark n’est pas du tout plat ! Chemins de terre, forêts et collines jalonnent le parcours.

Je longe la côte est jusqu’à Kolding. Puis je rejoins, après conseil, la côte ouest et la mer du Nord. Et je ne suis pas déçu. Il y a de belles plages de sable à perte de vue.

Le Danemark, c’est aussi les shelters. Des abris mis à disposition pour camper. Il y a une carte qui les liste tous. Et il y en a tellement qu’elle est toute orange si on ne zoom pas…

Le paradis du campeur des temps modernes !

Au nord du Danemark à Skagen, on peut voir se rencontrer la mer du Nord et la mer Baltique. Phénomène particulier :  les vagues des deux mers se croisent dans des sens opposés.

Au début de mon voyage, je souhaitais rejoindre le Danemark pour y prendre un ferry afin d’aller en Islande. Le programme a finalement changé et je rejoindrai l’Islande autrement. Je prends donc bien un ferry au Danemark mais direction la Suède.

D’île en Île en Suède

Après une traversée de la mer Baltique, je découvre donc la côte ouest suédoise. Elle est composée  d’une multitude de petites îles. Les paysages changent. Cela devient très rocheux.

Les shelters sont également très sympas mais parfois difficiles d’accès…

Remonter vers le nord en Suède, signifie prendre de nombreux ferries, et notamment pour visiter l’île Koster.

“En mai, fais ce qu’il te plaît”… sauf ce soir là sur l’île Koster où il n’a pas fallu trop traîner pour faire à manger !

Je remarque tout de même que dans les régions où je passe, le réseau de pistes cyclables est beaucoup moins développé que ce que j’ai connu depuis la Belgique. On s’habitue vite au luxe ! En arrivant à Strömstad, je décide de rejoindre Oslo en longeant la côte est norvégienne. Car oui la destination finale de cette première étape sur le continent européen, est la capitale norvégienne : Oslo. Je prends donc un ferry direction Sandefjord.

La “trop courte” aventure en Norvège

Je n’avais pas prévu de venir en Suède ni en Norvège au début de mon voyage. Je ne savais donc pas du tout à quoi m’attendre. Et quelle magnifique surprise !

Des journées qui ne se terminent jamais avec des couchers de soleil magnifiques.

Mais aussi des chemins vélo très agréables.

Le dénivelé augmente également. Je peux ressentir les prémices de la montagne. Mais ce sera peut-être pour une prochaine fois car me voilà à Oslo. Destination finale donc de cette première étape européenne.

J’ai voyagé depuis Gothenburg (Suède) avec Jean rencontré au hasard de la route. Nos routes se sont séparées à Oslo puisque Jean continue vers les Lofoten au nord de la Norvège. Bon courage à toi ! Notre photo souvenir est trompeuse… ce jour-là nous n’avons pas eu une seule goutte de pluie de la journée.

Ma principale préoccupation une fois arrivé, consiste à trouver un carton afin de pouvoir transporter le vélo dans l’avion. J’en trouve un premier mais je me dis ensuite qu’il est peut-être beaucoup trop gros… j’aurais pu y mettre le vélo en tournant juste le guidon sans même le démonter.

Après ces deux jours à Oslo dont l’objectif était de me préparer à prendre l’avion, me voilà prêt pour la prochaine étape de ce voyage : Islande, j’arrive !

One thought on “Mai 2024 – Sur les routes de Scandinavie

  • Vuc carvalhojose831@gmail.com

    Bonjour Xavier bravo pour ton voyage on s’est rencontré chez revivre à Morangis

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *